Une petite review de "Josée, le tigre et les poissons" de Seiko Tanabe

Ce recueil de nouvelles écrit par l’autrice japonaise Seiko Tanabe (1928-2019) nous dresse les portraits de différents couples, plus ou moins conventionnels, et principalement d’un pointde vue féminin. Nous découvrons au fil des pages des femmes au caractère bien trempé, déterminées à suivre leur propre voie. 

© Photo : Collection personnelle

Seiko Tanabe est née en mars 1928 à Osaka, dans la région du Kansai. Diplômée en littérature japonaise, elle fut romancière, nouvelliste et traductrice. Elle a par exemple retranscrit le célèbre Dit du Genji en japonais moderne. Elle écrivait ses textes dans le dialectehabituellement oral de la région d’Osaka, l’Osaka-ben, considéré comme très direct. Par ce style original, l’autrice inventa des personnages féminins indépendants au caractère affirmé, ce qui allait à l’opposé de la réserve traditionnelle inscrite dans les moeurs japonaises. Son travail fut récompensé par de nombreux titres, et notamment le prix Akutagawa ainsi que l’Ordre de la Culture d’Osaka, pour sa contribution à la littérature de la région. Pour en découvrir plus sur sa vie et son œuvre, n’hésitez pas à aller lire l’article Complexité de la traduction du japonais vers le français, le cas des oeuvres de Tanabe Seiko, écrit par la traductrice de Josée, le tigre et les poissons, Janina Tomimoto !

Présentation globale du recueil

Dans un style léger et fluide, l’autrice mêle intelligemment humour et sérieux, amour et haine, ravissement et déception. Les interactions des protagonistes évoquent dans l’esprit des narratrices de chaque nouvelle leur première rencontre avec leur interlocuteur. Elles retracent alors pour le lecteur l’enchaînement d’évènements qui les a amenées à croiser ou recroiser le chemin de cet amour du passé, actuel, ou peut-être futur.

Elles prennent du recul sur leur situation et remettent plus ou moins en question les exigences de la société et de leur entourage.Plusieurs font preuve d’une grande indépendance d’esprit, ainsi que dans leurs actions, se donnant par exemple à fond dansun travail original qui leur plaît sans se soucier du jugement d’autrui. Si la plupart arrivent à avoir un regard détaché sur l’amour et à s’épanouir dans leur vie personnelle sans celui-ci, une des protagoniste y reste profondément, presque même désespérément attachée, s’imaginant que sa réussite dans la vie dépend forcément d’un bon mariage et de la maternité. Par la diversité des portraits livrés par l’autrice, nous remarquons qu’un chemin de vie ne vaut pas plus qu’un autre, que chacun peut s’épanouir de manière différente et se satisfaire de sa situation personnelle, sans sensation de manque.

Seiko Tanabe nous fait découvrir des femmes singulières, alors que les personnages masculins dépeints sont somme toute assez classiques. Les pensées intimes et les caractères à doubles facettes ont tout pour nous intriguer, nous surprendre, nous amuser, nous réjouir, nous servir de modèle…et cela nous montre qu’avoir un pan de notre vie ou de notre personnalité caché de tous, qui ne se dévoile qu’en certaines circonstances, est aussi normale. On peut toujours penser très bien connaître un individu tout en méconnaissant beaucoup d’aspects de son train de vie, de ses idées, de sa personnalité…

Selon les nouvelles, l’autrice adopte un point de vue omniscient, ou personnel, et mêle plus ou moins poésie et humour. Ainsi, le lecteur ne se lasse pas après quelques histoires, et reste impatient de connaître de nouveaux personnages aux psychologies variées au fil des pages.

Les Editions d’Est en Ouest publieront prochainement le prix Akutagawa de Seiko Tanabe, Sentimental Journey, sorti au Japon en 1964.

Un avis personnel

J’ai beaucoup apprécié rencontrer ces femmes se libérant des carcans imposés par la société et les membres de leur entourage. Leurs réflexions poussent le lecteur à faire de même.

J’ai trouvé qu’un des messages transmis par ces nouvelles était particulièrement beau : l’idée que l’amour n’a pas d’âge, et pas de conditions non plus. Ainsi, nous pouvons vivre une belle histoire peu importe notre condition physique, des couples se reforment après les divorces, et il n’y a pas d’âge pour vivre une idylle avec un amant ou une amante tant que cela nous fait du bien. La vie de couple n’est jamais toute tracée, définitive et immuable ; c’est un choix sur lequel on peut revenir, même après le mariage.

Parlons peut-être plus en détails des nouvelles qui m’ont le plus touchée : Josée, le tigre etles poissons, Rien de plus, et En attendant que tombe la neige.

Dans la première nous suivons le couple formé par Josée, une jeune fille paraplégique au caractère affirmé qui vit en fauteuil roulant, et Tsuneo. Ils se rencontrent lorsque ce dernier est encore étudiant et qu’elle vit avec sa grand-mère. Un amour attendrissant se développe au fur et à mesure des visites de plus en plus fréquentes de Tsuneo, et c’est finalement un éloignement prolongé entre les deux protagonistes qui les pousse à ouvrir les yeux sur les sentiments qu’ils éprouvent l’un envers l’autre. A partir de cet instant, ils ne se quittent plus et prennent simplement leur temps pour profiter le plus longtemps possible des moments passés ensemble. Josée, malgré les drames qu’elle a pu connaître dans sa vie, connaît heureusement une joyeuse histoire d’amour et peut réaliser ses souhaits avec le jeune homme qu’elle aime à ses côtés. Il est difficile de ne pas s’attacher à ce couple émouvant et complice. Cette nouvelle fut adaptée en un film – dont vous voyez l’affiche ci-dessus – réalisé par Isshin Inudo en 2003. En 2020 est également sortie une adaptation animée de Josée, le tigre et les poissons, réalisée par Kotaro Tamura.

Rien de plus narre l’histoire de Kaori, Hori et Chiki, une marionnette pour enfant en tissu représentant un cochon. Kaori est mariée, mais son conjoint et elle sont tous deux très accaparés par leur travail respectif. La passion semble avoir déserté le couple, qui s’entend toujours bien et donne le change en société. Après avoir rencontré Hori, âgé de 6 ans de moins qu’elle, dans le cadre de son travail, Kaori en tombe amoureuse. Ce qui est assez comique dans cette nouvelle est qu’ils ont finalement respectivement plus de conversations avec Chiki, qui emprunte selon les situations la voix de Kaori ou d’Hori, que directement l’un avec l’autre. Mais les questions de Chiki concernant la relation des deux protagonistes sont intelligentes sous leur abord simple, et drôle, pour le bonheur du lecteur. D’un commun accord les deux personnages, heureux d’entretenir cette relation saine, décident de ne pas devenir amants, conscients tous les deux des tensions que cela pourrait engendrer. Cette nouvelle légère fait du bien en montrant tout simplement qu’une relation amoureuse qui apporte le bonheur sans complications peut fonctionner…

Enfin, En attendant que tombe la neige se concentre sur l’histoire de deux amants, Iwako et Oba, la première âgée de quarante-six ans et le second de cinquante-et-un ans. J’ai beaucoup aimé la philosophie de vie et les pensées d’Iwako, qui se dit qu’après avoir connu d’autres expériences lorsqu’elle était plus jeune, avec des hommes plus jeunes également, elle ne se sent épanouie sur le plan sexuel qu’arrivée à cet âge. Elle profite tout simplement de ses rendez-vous avec son amant qui aime discuter, aller au restaurant, et avec qui elle partage une impression de redécouverte de leurs corps à chaque fois qu’ils se fondent l’un dans l’autre…Indépendante et ne souhaitant pas spécialement se marier, Iwako conserve le même emploi depuis plusieurs années et, alors que son entourage s’inquiète de ne pas la voir chercher d’époux et tente de la caser, elle se laisse vivre. Elle apprécie depuis un an sans le révéler au monde sa relation avec Oba, et elle investit et économise pour elle-même sans le dire à personne…bref, elle conserve ses petits secrets. Ainsi, Seiko Tanabe nous dessine les contours d’une femme que l’on ne peut que trouver sympathique et qui nous transmet sa sérénité.

Si vous appréciez les histoires d’amour plus ou moins atypiques mais restant réalistes, vous en trouverez sans doute qui vous plairont dans ce recueil !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une petite review de « Josée, le tigre et les poissons » de Seiko Tanabe

Table des matières